Comment vivre normalement avec une maladie mentale : comment accepter sa maladie ?

Vivre normalement avec une maladie mentale

La maladie mentale diffère de la maladie somatique en quelques points, comme le fait que le malade se sente totalement marginalisé par la société, car si l’on tend à ressentir de l’empathie envers les malades atteints de troubles « organiques », les patients atteints de maladies mentales sont au contraire isolés, incompris, voire même « craints ».

Est-il possible de mener une vie normale lorsqu’on est atteint d’une maladie psychiatrique ?

Par ailleurs, pour un patient atteint de trouble mental, il n’est pas question de combattre son handicap, mais de l’accepter. Si les traitements médicamenteux canalisent aujourd’hui très bien les crises psychotiques et autres accès maniaques, il en incombe au patient lui-même de faire un travail psychologique sur sa personne pour réussir, malgré les périodes d’accalmie, à accepter son handicap pour mener une vie normale.

En effet, les médicaments permettent de « masquer » les symptômes de la maladie psychiatrique pour offrir une vie sans manifestations cliniques dérangeantes, mais ils ne permettent pas de remédier aux états d’angoisse et d’appréhension que ressent le patient face à sa maladie.

Ce volet là est une toute autre histoire, c’est de la pure psychothérapie, cela veut dire que c’est au patient lui-même ou grâce à l’aide de son psychologue, de trouver le moyen d’accepter sa maladie, et se convaincre qu’il peut avoir un quotidien normal, comme celui de toute personne.

Ce travail psychologique peut être accompli par le patient tout seul, à travers de la méditation, beaucoup de lecture ou encore beaucoup d’introspection.

Il peut être également le résultat d’une discussion avec l’entourage proche, qui connaît bien le patient et pourrait lui donner des conseils qui l’aideraient.

Le travail psychologique peut aussi être fait avec l’aide d’un professionnel, qui viendra compléter la prise en charge médicamenteuse d’une prise en charge comportementale et psychologique : c’est une solution qui porte souvent ses fruits, au points même de devenir indissociable de la prise en charge « classique » en psychiatrie.

Comment accepter son trouble mental ?

La première étape vers la normalité est d’accepter sa maladie. Et pour ce faire, il faut banaliser cette dernière au maximum.

Pour réussir à banaliser son trouble psychiatrique, voici quelques conseils :

  • Il faut se renseigner dessus, transformer l’appréhension en faits scientifiques. Se dire que sa maladie s’inscrit dans le cadre de tel ou tel trouble psychiatrique, par tel ou tel mécanisme, aide à démystifier le trouble et donc à moins en avoir peur.
  • Ne pas avoir peur de demander de l’aide à ses proches, lorsqu’on ne se sent pas capable de faire quelque chose.
  • Ne pas avoir peur d‘exprimer ses peurs, et tout ressenti qui accompagne l’état psychiatrique.
  • Se laisser du temps : accepter une maladie, et ce quelle qu’elle soit, est une étape qui nécessite du temps. Elle ne se fera pas du jour au lendemain, il faut alors éviter de se brusquer et prendre le temps qu’il faut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

hgebatiment